Les troubles anxieux

Selon le DSM-V (Manuel Diagnostic et Statistique des troubles mentaux) on distingue actuellement 9 types de troubles anxieux :

  1. L’anxiété de séparation
  2. Le mutisme sélectif
  3. La phobie spécifique
  4. La phobie sociale
  5. Le trouble panique
  6. L’agoraphobie
  7. L’anxiété généralisée
  8. Le trouble anxieux provoqué par une substance
  9. Le trouble anxieux provoqué par une maladie

Le point commun entre ces différents troubles, c’est que la personne qui en souffre ressent de la peur (émotion ressentie face à une menace immédiate, réelle ou perçue) et/ou de l’anxiété (émotion ressentie lorsque l’on anticipe une menace future) vis-à-vis d’une situation ou d’une chose.

Mais pour parler de trouble, il faut qu’il y ait une détresse ou un retentissement important sur le fonctionnement de la personne. Dans les troubles anxieux, l’anxiété est tellement importante qu’elle perturbe le comportement de la personne de manière excessive (ex : j’ai peur du regard des autres donc je ne participe plus à des soirées entre amis). Souvent, la personne va tout faire pour éviter ce qu’elle redoute.

Le caractère excessif est apprécié par rapport au niveau de développement de l’individu (c’est normal d’avoir peur du noir à 4 ans, un peu moins à 30 ans !) à sa culture ou encore à la durée de son trouble.

La différence entre les différents troubles anxieux, c’est le type de situation ou d’objet redouté.

Par exemple :

  • L’anxiété de séparation : crainte (inappropriée par rapport à l’âge) d’être séparé des personnes auxquelles on est attaché, peur qu’il leur arrive quelque chose de mal, de les perdre…
  • Le mutisme sélectif : incapacité régulière de l’enfant à parler dans certaines situations sociales uniquement (par exemple à l’école).
  • La phobie spécifique : c’est la peur démesurée d’objets ou de situations bien définies (araignées, pluie, prise de sang…)
  • La phobie sociale ou anxiété sociale : craintes lors d’interactions sociales, peur d’être observé (ex : parler avec des personnes non familières, engager une conversation, prendre la parole en public, être observé en train de manger ou boire, devoir réussir quelque chose devant quelqu’un…). La personne redoute d’être jugée négativement par les autres, d’avoir honte, de se sentir humiliée, rejetée ou d’offenser les autres.
  • Le trouble panique : la personne redoute de faire des attaques de panique et tente d’éviter tout ce qui pourrait provoquer une attaque. Les attaques de panique renvoient au fait d’avoir soudainement très peur ou de ressentir un malaise intense. Les causes d’attaques de panique peuvent être variées. On les retrouve dans divers troubles mentaux.
  • L’agoraphobie : c’est la peur d’être dans les transports en commun, les espaces ouverts (pont, place…) ou clos (cinémas, ascenseurs, magasins…), les foules ou files d’attente, ou encore le fait de se trouver seul en dehors de chez soi. La personne redoute de ne pas pouvoir s’échapper ou être secourue en cas de panique ou d’autres symptômes gênants.
  • L’anxiété généralisée : la personne ressent une anxiété excessive et persistante à propos de différents domaines (enfants, santé, couple, travail, budget…). La personne se sent agitée, tendue, fatiguée, irritable… Elle a du mal à se concentrer, ressent des tensions musculaires et dort mal. La personne qui souffre de ce trouble tolère difficilement l’incertitude.
  • Le trouble anxieux provoqué par une substance : certaines substances (drogues, médicaments…) ou encore le sevrage d’une substance, peut induire un trouble anxieux.
  • Le trouble anxieux provoqué par une maladie : certains troubles anxieux sont la conséquence physiologique d’une affection médicale.

Ce site a pour but de vous informer. Si vous pensez souffrir d’un trouble mental, nous vous recommandons d’en parler à un professionnel de la santé mentale (psychiatre, psychologue, psychothérapeute agrée par l’Agence Régional de Santé) ou à votre médecin traitant afin de faire le point. La souffrance psychologique n’est pas une fatalité, des prises en charges existes.