Le confinement est-il bon pour notre cerveau ?

Le confinement est-il bon pour notre cerveau ? Posted on 13 avril 20202 Comments

Un article[1] paru le 7 avril 2020 dans la revue « Cerveau & Psycho », rédigé par Sébastien BOHLER, Docteur en neuroscience, fait le point. Voici ce qu’il faut en retenir:

Notre cerveau est fait pour sortir, bouger, explorer… et être en relation avec les autres. Il est donc normal que le confinement créer de la frustration. Cependant, cette contrainte nous permet de développer notre capacité d’inhibition, c’est-à-dire notre capacité à nous retenir de faire quelque chose que nous aimerions ou que nous avons besoin de faire.

La théorie du cerveau social (de l’anthropologue Robin Dunbar) a mis en évidence que l’être humain vit dans des groupes d’environ 150 personnes. Nous ne sommes pas faits pour vivre dans des groupes restreints! De plus, nous avons besoin de voir les gens en vrai. C’est une des raisons pour lesquelles le confinement est contre-nature et peut être si difficile à vivre.

Actuellement nous sommes obligés de bloquer nos besoins de relations sociales et de mobilité pour lutter contre l’épidémie. Cette capacité d’inhibition est exercée par la partie la plus antérieure de notre cerveau, le cortex préfrontal. Par ailleurs, le sentiment de panique, de menace imminente permet de mobiliser nos comportements d’inhibition de manière plus rapide et puissante que lorsque l’on réfléchit froidement. C’est pour cela que nous avons davantage tendance à nous mobiliser en situation d’urgence que lorsque il s’agit de penser à l’avenir de la planète.

Selon l’auteur « l’être humain est capable de faire d’immenses sacrifices, à condition d’être assuré que tous les autres membres de sa communauté font de même ». On appelle ça le principe de coopération conditionnelle ». Malheureusement, les réseaux sociaux peuvent mettre en échec cette coopération conditionnelle en faisant ressortir les inégalités entre les confinés. En effet, nous ne sommes pas tous égaux devant le confinement ! ce n’est pas la même chose d’être coincé dans un studio sans extérieur que d’être confiné dans une maison avec jardin ! Si l’on en croit cette théorie, il serait plus difficile de renoncer à sa liberté lorsque l’on a le sentiment que les autres se sacrifient moins.

Pourtant, ce principe de coopération devrait être encouragé largement, pas seulement pour lutter contre l’épidémie, mais aussi dans la durée pour protéger notre planète par exemple! Malheureusement, comme le souligne l’auteur « des pénuries alimentaires généralisées dans vingt ans font moins peur qu’un virus maintenant ». Pour arriver à coopérer dans la durée « Il faudrait pour cela que nous puissions utiliser notre force d’inhibition de manière concertée, délibérée et pleinement consciente, et non seulement en réaction à une émotion vive liée à une conjoncture précise. Pour cela, la coopération conditionnelle sera déterminante. Si des manquements au principe de coopération conditionnelle sont d’ores et déjà à même de lézarder le confinement actuel, alors même que nous disposons de toutes nos ressources émotionnelles pour faire face à une situation d’urgence, soyez certains qu’ils feront voler en éclats nos efforts d’autolimitation dans un climat émotionnel moins intense, pour la préservation de notre belle Terre. Notre avenir est l’inhibition, oui. Mais cet avenir ne pourra s’écrire sans sacrifice partagé ».

Il ne nous reste plus qu’à méditer là-dessus… ça tombe bien, nous avons davantage de temps pour penser actuellement ! 😉


[1]Bohler, S. (2020). Le confinement est-il bon pour le cerveau ? Cerveau & Psycho n°120.

Source :

https://www.cerveauetpsycho.fr/sr/cerveaux-confines/4-le-confinement-est-il-bon-pour-le-cerveau-19124.php

2 comments

  1. Merci 😘 pour ce super article. Ça fait plaisir de voir des professionnels se préoccuper pour la santé mentale des autres. Un gros merci.

  2. Je suis d’accord, de toute façon la nature humaine est ainsi faite, dans l’instant critique on se rassemble et après on se bat pour sa “pomme” le futur est trop loin !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *